Une équation impossible à résoudre

Le projet de directive de la Commission européenne semble aujourd’hui surtout la réponse politique d’une présidence sous pression médiatique.Mais la philoso­phie remonte plus haut encore que l’éther, simple figuration schématique des relations saisies par nos sens entre les phénomènes.Les gouvernements peuvent jouer un rôle important pour encourager de telles innovations.Mais pour la première fois depuis plus de deux siècles, ce ne serait pas une démocratie.Car, tant qu’il s’agit de la matière brute, on peut négliger l’écoulement sans commettre d’erreur grave : la matière, avons- nous dit, est lestée de géométrie, et elle ne dure, elle réalité qui descend, que par sa solidarité avec ce qui monte.D’abord car ces mastodontes sont justement, en moyenne, beaucoup moins dépendants de la France que les autres sociétés.Toute première chose : il ne faut pas compter sur les grandes entreprises pour créer de l’emploi en France.Ils favorisent l’intégration européenne et mettent sur place un système de change stable : Bretton Woods.En pratique, le principe de précaution n’est pourtant pas utile pour gérer cette tension.Dans une forme ou dans une qualité nouvelles elle ne voit qu’un réarrangement de l’ancien, rien d’absolument nouveau.Encore une fois, ce n’est donc point dans la faculté de généraliser que réside le principe des découvertes du génie, des progrès des sciences et des plus éclatantes manifestations de la raison humaine.Si la pensée, si la volonté était immortelle, c’est qu’il y aurait en elle une puissance supérieure à la nature, capable de la dominer, de la dompter : la vie, dans cette hypothèse, serait une sorte de lutte de l’esprit contre la nature.Une fois encore, les managers ont un rôle fondamental dans la réussite de ces mutations.Considérons cependant en elles-mêmes, isolément, pression et aspiration.Enfin un monde moral n’est pas toujours un monde humaniste ; il faut donc faire dépendre l’ordre moral du principe de respect de l’amour de son prochain.Faut-il investir dans des agences design pour renouer avec leurs clients existants et en attirer de nouveaux, ou miser sur les nouveaux canaux relationnels en ligne, mobiles et sociaux ?C’est à la fois une grande zone importatrice et un exportateur important de blé, de vins, de viandes.Ses thèses sont connues et on peut les retrouver aussi bien sur Atlantic Cities, le site qu’il anime, que dans ses livres.Il n’y aurait pas place pour deux manières de connaître, philosophie et science, si l’expérience ne se présentait à nous sous deux aspects différents, d’un côté sous forme de faits qui se juxtaposent à des faits, qui se répètent à peu près, qui se mesurent à peu près, qui se déploient enfin dans le sens de la multiplicité distincte et de la spatialité, de l’autre sous forme d’une pénétration réciproque qui est pure durée, réfractaire à la loi et à la mesure.Nous nous rendons ainsi compte du plaisir que l’oreille trouve dans les consonances harmoniques et de son aversion pour les dissonances, tandis que nous n’avons pas la moindre idée des causes physiques de l’attrait ou de la répugnance que nous éprouvons pour une saveur ou pour une odeur.C’est ce qu’oubliait mon interlocuteur quand il me questionnait sur le théâtre de demain.Même dispositif dans bien des images pour grandes personnes.Cela roulait doucement, sauf quelques blocs ardens qui se détachaient de temps en temps du sommet et galopaient à travers le bois.Mais il n’ose pas le faire.Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler ce proverbe chinois  » Un enfant ne reprochera jamais à sa mère d’être laide, un chien ne reprochera jamais à son maître d’être pauvre ».Conséquence, la demande de pétrole se fige.C’est la ville nouvelle qui menace, qui surplombe, qui aura demain, couchés sous elle, les débris de ces casernes populaires où tant de générations ont vécu, souffert, quitté la vie avec l’inconcevable regret de la perdre, où il y a eu des drames sombres, des désespoirs, des existences inavouables, mais aussi des actes de dévoûment et de charité à jamais inconnus, et des amours candides, et des joies brèves, et quelques notes au moins de la belle chanson de la vie.

Share This: