Un monde sans cash pour un monde sans récession !

Intitulé « Changements disruptifs : implications financières et réponse stratégique face à un marché de l’électricité en pleine évolution », il questionne l’avenir des grandes compagnies d’électricité, ou « utilities », face à la montée en puissance de nouvelles technologies (énergies renouvelables et réseaux intelligents en tête).Vu de Bruxelles, où le débat législatif avance tambour battant avec des dizaines d’amendements à la clé, notre envoyé spécial faisait un peu penser à un diplomate de l’époque ottomane parti à cheval des confins de l’empire et qui serait arrivé à Istanbul au moment où la guerre était déjà finie.Il a tant travaillé pour entrer dans cette carrière diplomatique !Mais, d’autre part, nous étonnerions autant cet interlocuteur en lui disant que l’objet est tout différent de ce qu’on y aperçoit, qu’il n’a ni la couleur que l’œil lui prête, ni la résistance que la main y trouve.Disons plus précisément : l’union avec Dieu a beau être étroite, elle ne serait définitive que si elle était totale.Dès le deux janvier, son premier rendez-vous médiatique a été consacré à ce sujet lors d’un entretien à l’Elysée avec Nicolas Hulot son envoyé spécial pour la protection de la planète.Mais nous nous en tenons à l’expérience, qui nous montre dans la transmission héréditaire de l’habitude contractée une exception — à supposer qu’elle se produise jamais — et non pas un fait assez régulier, assez fréquent, pour déterminer à la longue un changement profond de la disposition naturelle.La main-d’œuvre n’y coûte presque rien.Les critiques ne sapent pas la crédibilité des faits.C’est ainsi qu’il s’est développé sous la Monarchie de Juillet parce que l’activité économique naissait de la grande industrie.Mais comment ne pas voir que la symétrie est tout extérieure et la ressemblance superficielle ?De là l’idée de faire durer les choses comme nous durons, et de mettre le temps dans l’espace.C’est l’occasion pour Arnaud de Lummen d’accabler ce parti.

Share This: