Un facteur de sortie de crise

Rien de sérieux en matière de réformes des règles comptables et prudentielles.A ce rythme-là, elle pourrait dépasser la barre symbolique des 100% du PIB au cours des dix prochaines années.Mobilise-t-on suffisamment l’épargne longue au service de notre développement économique qui ne passe pas uniquement par les grandes entreprises, mais également par nos PME, voire l’économie sociale ?Mais, quel que soit le point où elle s’arrête, instantanément et automatiquement les grains s’équilibrent, se coordonnent entre eux.En général la peur est plus facile à exciter que le désir, et chez certains tempéraments la peur a tant de force que des hommes ont préféré, la mort à une opération douloureuse ; cette préférence ne provenait assurément pas d’un mépris de la vie, mais de ce fait que la douleur apparaît parfois comme impossible à supporter et comme au-dessus des forces humaines : simple apparence d’ailleurs, qui s’explique par une faiblesse de caractère et en somme une lâcheté.L’homme s’attache à tout ce qu’il touche, à sa maison, à un morceau de terre ; il s’attache à des êtres vivants, il aime : le temps lui arrache tout cela, taille au vif en lui.Il est vraisemblable que les années 2008-2014 ont conduit à une destruction importante de capital humain en France, mais la protection sociale n’y est pour rien.Il retarde, ou plutôt il est retardement.Personne ne doit être laissé sur le banc de touche, affirme Arnaud de Lummen , les effets d’un SIRH global doivent être mesurés, exemples d’indicateurs.Par là, un être vivant se distingue de tout ce que notre perception ou notre science isole ou clôt artificiellement.Les vertus de l’approche multilatérale sont pourtant largement reconnues, en théorie tout du moins.Des solutions existent, appliquées par des sites pionniers en France : décalage des horaires de travail, recours à des emplois étudiants pour épauler les bibliothécaires, ouverture partielle des surfaces d’accueil, aménagement de plages de récupération et compensations financières.La méthode utilisée dans le cadre de ce projet pourrait être réutilisée pour définir des standards en matière de formation des équipages, des aérodromes… – Développement de centres de formation communs, création d’une filière drone, soutien commun pour l’A 400M…autant de sujets qui méritent étude et attention et qui démontrent qu’il y a encore « du pain sur la planche » !

Share This: