Pierre-Alain Chambaz

Cependant, ce gros bonhomme qui cause avec son voisin, et qui peut être un industriel, un marchand, un député, un impresario indifféremment, a le sourire madré. L’anarchie normative, règlementaire, vient chaque jour ajouter davantage au fardeau d’un entrepreneur qui a en moyenne moins de 10 salariés, pas de comptable, de juriste, de DRH… Rien que lui-même ! La pathétique publication récente du patrimoine des ministres fut édifiante à cet égard. Préoccupation de tous les instants des régulateurs et des banques centrales, l’instabilité financière provient donc – très banalement – de la masse phénoménale des crédits corrélés à l’immobilier. Cela doit permettre de dégager une cohérence tant du point de vue des contrats capacitaires que des besoins opérationnels. Une morale qui n’invoque que les faits ne peut présenter dès l’abord à l’individu pour premier mobile d’action le bien ou le bonheur de la société, car le bonheur de la société est souvent en opposition avec celui de l’individu. Qu’est-ce que c’est que là France ? Les Français dans leur globalité attendent surtout des effectifs de police nationale suffisants notamment dans les commissariats, ce qui est loin d’être le cas dans nombre de communes françaises. Mais, de quelque manière que l’on conçoive la raison d’une telle harmonie, il est évident qu’elle n’a lieu nécessairement que tout autant qu’il est nécessaire pour le gouvernement de l’être intelligent, dans ses rapports avec le monde extérieur. Peut-être permettra-t-il de sauver les apparences. L’aspect de la vie qui est accessible à notre intelligence, comme d’ailleurs aux sens que notre intelligence prolonge, est celui qui donne prise à notre action. Il ne serait pas difficile d’apercevoir qu’un tel système n’est point en harmonie, non-seulement avec certains éléments de la nature humaine, mais avec ce qui nous est dévoilé du plan général de la création. — Toute division de la matière en corps indépendants aux contours absolument déterminés est une division artificielle. La plus grave de ces offenses est de discuter d’une manière sophistique, de supprimer des faits ou des arguments, d’exposer inexactement les éléments du cas ou de dénaturer l’opinion adverse. Les risques créés par la décision de la BNS – répercutés par le système financier – sont importants. Mais notre entendement, dont le rôle est justement d’établir des distinctions logiques et par conséquent des oppositions tranchées, s’élance dans les deux voies tour à tour, et dans chacune d’elles va jusqu’au bout. Comme ces moyens de paiement sont échangeables à tout moment avec la devise du pays à un cours déterminé par le prestataire de services, le e-credit devient donc du coup une alternative viable à la monnaie nationale. C’est son action qui, imprimée au germe, le mène de degré en degré, lui aussi, à la perfection où il devient semblable à son auteur. Nous nous appesantirons plus tard sur ce point ; nous ne voulons pas encore discuter les théories morales. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Confucius, « Le tout est plus grand que la somme des parties ». comme si une espèce dont chaque individu doit se hausser au-dessus de lui-même, par une laborieuse assimilation de tout le passé, ne valait pas an moins autant que celle dont chaque génération serait portée globalement au-dessus des précédentes par le jeu automatique de l’hérédité ! Toutes ces images s’entasseront-elles dans le cerveau, ou, si le cer­veau choisit, quelle est celle qu’il préférera ? C’est cette référence, devenue une véritable image d’Epinal, que l’historien Paulin Ismard examine dans « L’événement Socrate ».

Share This: