Pierre-Alain Chambaz

Dans le cas du GPS, ces effets font varier les temps de quelques dixièmes de microsecondes, ce qui aboutit à plusieurs kilomètres d’erreur ! Et pour la première fois ! Sans les raisons de défense sociale (dont nous nous occuperons plus tard), le châtiment serait aussi blâmable que le crime, et la prison ne vaudrait pas mieux que ceux qui y habitent ; disons plus : les législateurs et les juges, en frappant les coupables de propos délibéré, se feraient leurs égaux. Voilà un paradoxe de plus : cette notion commune, polymorphe et multiséculaire, n’a jamais été systématiquement explorée dans sa profondeur historique. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Le sage ne peut rien souhaiter sur terre, sinon de rendre un jour le mal qu’on lui a fait ». Pour le porter au delà de ses bornes naturelles, ils vont à la conquête de débouchés et de colonies. Si le philosophe Max Scheler a signé, en 1913, le célèbre Nature et formes de la sympathie, nul n’avait encore cartographié ce labyrinthe luxuriant qui conduit la sympathie d’Aristote à Husserl, en passant notamment par Giordano Bruno, Descartes, Spinoza, Leibniz, Hume, Diderot et tant d’autres. Pour le retenir en deçà, ils imaginent toutes sortes de restrictions et d’entraves. Cette intervention de la Force dans les transactions humaines est accompagnée de maux sans nombre. Qui veut suivre les méandres, impasses et rebondissements de cette histoire le peut désormais. Pas moins de 41 études se partagent ici en deux volumes : le premier reprend un colloque, principalement centré sur l’histoire littéraire, tenu en 1996 au Canada, édité en 2007 à l’université de Laval ; le second, axé surtout sur les philosophes et leurs conceptions, est entièrement inédit. Il a attiré l’attention sur les liaisons toutes particulières de filets nerveux vocaux et auditifs qui s’effectuent dans le cerveau humain. Surtout et en l’état de sa rédaction cette partie du projet de loi n’a plus rien à voir avec la réforme européenne, qu’il était censé être… La Déviation de la Force Publique est un mal plus grand encore que son Accroissement. Cette incertitude n’est pas antipathique. Puisqu’il était entendu qu’on devait tout souffrir pour que la France fût forte et qu’elle pût mettre en bataille le bonnet phrygien dans lequel se sont vidés tant de bas de laine ; puisqu’il est convenu qu’à présent la France est forte et que l’excellence de ses canons et de son patriotisme lui assure même une incontestable supériorité sur sa rivale ; puisque le but n’a point changé et qu’on dispose de tous les moyens dont on pouvait rêver pour l’atteindre — quelle raison peut-on avoir de retarder le conflit ? Que les enjeux internationaux de sa politique culturelle seraient à ce point devenus dérisoires face à un monde globalisé ? Le budget des ménages est plus resserré qu’auparavant, mais les particuliers tendent à plébisciter le e-commerce malgré tout pour sa facilité et la possibilité de comparer les prix en toute tranquillité. Le modèle américain joue comme leurre : la mosaïque multi-minoritaire d’outre-Atlantique est transcendée par un patriotisme messianique, adossé à un Dieu confédéral, ce que ne permet pas, en France, notre assèchement mythologique. La croissance française plongeLe PIB par habitant chute de près de 4% en deux ans. Nous ne devons en rien nous y résoudre et, au contraire, nous devons battre en brèche ce déterminisme pour que les valeurs universelles, portées par la France, redeviennent un repère pour les artistes, français et étrangers, et les citoyens du monde.

Share This: