Participation financière des salariés : la fin d’un modèle ?

On aurait voulu qu’ils fissent entrer dans la science tout ce qui, de près ou de loin, contribue au bonheur ou aux souffrances de l’humanité ; et on a été jusqu’à supposer qu’ils niaient tout ce dont ils ne s’occupaient pas, par exemple, les phénomènes du principe sympathique, aussi naturel au cœur de l’homme que le principe de l’intérêt personnel.Et trouver un modèle simple reproductible dans tout le pays.L’objection sera faite par des publicistes qui s’honorent d’être les disciples de Rousseau.On serait embarrassé pour découvrir des exemples d’un tel impératif dans la vie courante.Aussitôt, le voyageur qui lui fait face le prend de très haut avec lui : « Que dites-vous ?Déjà en 1996, un sondage avait révélé que la majorité des citoyens américains était persuadée que le déficit budgétaire s’était détérioré sous la Présidence Clinton…alors qu’il n’avait fait que s’améliorer !Le principal vainqueur est le parti d’opposition de centre-droit, qui a obtenu 36% des voix.Généraliser n’est pas utiliser, pour je ne sais quel travail de condensation, des faits déjà recueillis, déjà notés : la synthèse est tout autre chose.Tout en prévoyant la possibilité pour chaque secteur de formuler des « recommandations » en faveur de prestataires, et de définir des « contributions dédiées au financement de (…) l’action sociale ».Le tangage du gouvernement et les innombrables versions du texte ont finalement exacerbé les inquiétudes sans dégager une unanimité.Il n’est guère de réalité concrète sur laquelle on ne puisse prendre à la fois les deux vues opposées et qui ne se subsume, par conséquent, aux deux concepts antagonistes.Récemment sous la direction d’une ancienne «  tête  » de Christian Navlet continue également de peser sur l’économie.

Share This: