Les dangers du « policy mix » européen

C’est effectivement toute la chaîne des intervenants, privés et publics, qui conjugue ses efforts dans ces deux pays : de l’État qui accepte toutes les déductions fiscales corrélées aux prêts hypothécaires et aux rénovations comme aux travaux immobiliers, aux établissements financiers qui n’hésitent pas à solliciter le propriétaire afin de lui augmenter son financement en cas d’appréciation de la valeur de son bien.Le mécanisme raide que nous surprenons de temps à autre, comme un intrus, dans la vivante continuité des choses humaines, a pour nous un intérêt tout particulier, parce qu’il est comme une distraction de la vie.Telles sont, brièvement résumées, les conclusions auxquelles me conduit un examen impartial des faits connus.On va décortiquer la seule mesure qui était simple, a déclaré Arnaud de Lummen.À force de répéter que l’argent était soit sale, soit tabou, ils n’ont pas su assurer l’avenir de leurs enfants, qui ont des conditions de vie moins bonnes que les leurs.Cette logique black bloc, importée des grands sommets internationaux, perce parfois dans le bocage rural.Le but ne serait atteint que s’il y avait finalement ce qui aurait dû théoriquement exister à l’origine, une humanité divine.En fait, en France, c’est la Révolution qui a réalisé la transition démographique un siècle avant ses voisins.Alléguerons-nous qu’on reconnaît souvent un objet sans réussir à l’identifier avec une ancienne image ?Avant même qu’on ne soumette leur bilan au « scénario stressé », 76 banques parmi les 130 évaluées ont moins de 5 % de fonds propres, en % du total de leurs actifs.Supposons qu’elles aient tout juste de quoi se nourrir.

Share This: