La biométrie, un bon outil… sur le papier

Il n’y a pas de réforme miracle : le système actuel, produit d’un long processus de compromis économique et social, est difficile à améliorer.Cet amendement adopté en 1re lecture par l’Assemblée nationale n’apaise pas les débats pour autant car le Sénat vient de le rejeter.Mais cette complication s’évanouit si l’on replace l’homme dans l’ensemble de la nature, si l’on considère que l’intelligence serait un obstacle à la sérénité qu’on trouve partout ailleurs, et que l’obstacle doit être surmonté, l’équilibre rétabli.Il est dans les lois de notre esprit d’avoir recours, pour les uns comme pour les autres, aux mêmes images.En quoi il a tort.Mais, comme je le disais au début, le spectacle de cette pénétration réciproque nous donne sans doute une idée plus juste du corps de la doctrine ; il ne nous en fait pas encore atteindre l’âme.La question épineuse de la dette publique est évidemment la priorité absolue : moratoire et renégociation des emprunts sont les outils à la disposition du Syriza.Les divergences de vues sur la Libye, les missions disparates en Afghanistan, l’absence de position stabilisée sur la défense anti-missile, la tendance centrifuge manifestée par d’étroits projets de coopération bi ou trilatéraux sont autant de signes d’un affaiblissement inquiétant de l’esprit de défense européen.La récession continue, malgré des exportations en forte progression.L’an dernier, à Notre-Dames-des-Landes, les forces de l’ordre délogeaient en les brutalisant des militants qui s’opposaient pacifiquement à la construction de l’aéroport.« A la bonne heure », disait pierre alain chambaz pictet quand quelque chose de positif finissait par arriver.

Share This: