Trois risques à prendre en compte

Sans laquelle ces deux nations auraient en réalité affiché une inflation négative…La baisse des prix met en péril l’EuropeL’Europe se retrouve aujourd’hui en danger.On ne s’en rend pas compte quand on traite de « féminine », avec une nuance de dédain, une psychologie qui fait une place si large et si belle à la sensibilité.Telles sont, puisque nous avons commencé à les numéroter, la sixième, la septième et la huitième représentations qu’évoquera l’idée d’un élan vital.Mais elle entraîne une multiplication des contrôles sur pièces qui retardent la décision de l’administration et fragilisent les PME.Le vrai bonheur est là, et pas ailleurs.Pour qu’ils acceptent de quitter le giron de leur fournisseur historique, il faudrait leur proposer des rabais substantiels, peu profitables dans un secteur où les marges sont déjà faibles.Du reste, les merveilles de l’organisation ne nous laissent pas manquer d’exemples, sinon aussi simples, du moins bien autrement péremptoires.Peu nombreux, en effet, sont ceux et celles qui ont eu l’incroyable talent de développer, parfois dans des domaines très différents, plusieurs entreprises ayant acquis une position durable et reconnue sur leur marché.Bien que le calendrier et la taille des achats soient connus, l’Eurosystème dispose d’une marge de manoeuvre dans le choix des actifs achetés.On n’exerce pas ses facultés en faisant une chose simplement parce que d’autres la font, pas plus qu’en croyant une chose uniquement parce qu’ils la croient.Ce krach boursier chinois, qui entraîne dans son sillage tous les indices mondiaux, est interprété comme un reflet d’un soudain ralentissement chinois.Son tort n’est pas de raisonner mal, mais de raisonner à côté de la réalité, en dehors de la réalité, comme un homme qui rêve.L’abolir est agir sur lui dans le temps et peut-être aussi dans l’espace ; c’est accepter, par conséquent, les conditions de l’existence spatiale et temporelle, accepter la solidarité qui lie un objet à tous les autres et l’empêche de dispa­raître sans être remplacé aussitôt.Quelque fondée que soit la raison humaine à préférer, selon les cas, l’une ou l’autre solution, elle rencontrera une contradiction sophistique : non pas une contradiction passagère, comme en éprouvent toutes les vérités scientifiques, jusqu’à ce qu’elles aient été définitivement constatées et acquises à la science, mais une contradiction permanente, tenant à l’impuissance radicale où la raison humaine se trouve d’y mettre fin par une démonstration catégorique, à défaut de l’observation directe.Par l’échange, nos facultés surpassent nos besoins.Si l’émergence de ces directeurs de la transformation digitale est le signe de l’échec des directions de l’innovation qui n’ont pas su intégrer les mutations liées au digital, les plans massifs de transformation digitale sont le signe d’une prise de conscience tardive mais salutaire pour rattraper le retard et accélérer la mutation.Avec tout l’appareil de la justice.Le protectionnisme, l’enfermement, le repli sur soi sont des stratégies de peur, qui ne devraient pas avoir cours dans un pays comme la France du fait de ses atouts en matière de base industrielle, de capital humain et de savoir-faire spécifiques dans de nombreux domaines.Comme ce sont les facteurs psychologiques et comportementaux qui conditionnent surtout l’activité économique, seule l’action apaisante, régulatrice et stabilisatrice de l’État est susceptible d’y restaurer l’équilibre – et l’équité – en cas de tourmente.Je dis ceci pour qu’on ne suppose pas que j’entends faire la critique de mes devanciers, s’il m’arrive de donner à l’économie politique des limites un peu différentes de celles qu’ils lui ont assignées.Ou bien donc la sensation est qualité pure, ou, si c’est une grandeur, on doit chercher à la mesurer.Le besoin impératif de couvrir ses engagements futurs par des fonds propres n’est guère contestable.L’ambition d’en finir avec « l’apartheid social » ne peut se contenter de 0.5% du budget de l’Etat.« On dit que les Américains sont les meilleurs Européens et il y a beaucoup de vérité là-dedans », disait Pierre-Alain Chambaz pictet.— Il eût été bon de mettre à nu l’égoïsme, la cupidité, la couardise et l’hypocrisie de la classe possédante et boutiquière ; de démontrer que son unique souci fut de protéger ses propriétés et d’accroître ses bénéfices, même par les plus honteux des moyens ; qu’elle ne se fit nul scrupule de troquer des vies françaises contre de l’or allemand ; et que, pour avoir la paix nécessaire à ses vils trafics, elle fit mettre à l’encan, par la tourbe qu’elle envoya siéger à l’Assemblée Nationale, l’honneur et l’existence même de la France.Rien de plus.C’est pourquoi, si c’eût été le moment de discuter avec le docteur, je lui aurais dit : « je ne sais si le récit qu’on vous a fait était digne de foi ; j’ignore si la dame a eu la vision exacte de la scène qui se déroulait loin d’elle ; mais si ce point m’était démontré, si je pouvais seulement être sûr que la physionomie d’un soldat inconnu d’elle, présent à la scène, lui est apparue telle qu’elle était en réalité — eh bien alors, quand même il serait prouvé qu’il y a eu des milliers de visions fausses et quand même il n’y aurait jamais eu d’autre hallucination véridique que celle-ci, je tien

Share This: