Régulation : vers une « forteresse Europe » ?

Construit pour répondre à des objectifs de développement local, le financement participatif peut devenir un pilier du retour à une économie de la coopération.Avec, selon le MUNCI, 76 000 demandeurs d’emploi dans l’informatique en France pour la seule année 2013, il ne reste plus, me direz-vous, qu’à corréler l’offre et la demande.La création de modes de garde collectifs d’enfants en bas âge, intégrant des actions d’éveil et d’apprentissage, créerait des emplois tout en facilitant l’accès au travail des parents, notamment des femmes.Un mot suffira parfois, pourvu que ce mot nous laisse entrevoir tout un système de transposition accepté dans un certain milieu, et qu’il nous révèle, en quelque sorte, une organisation morale de l’immoralité.Responsables, mais pas coupables, les députés pourraient donc s’honorer à changer de pied et jeter leurs « godillots » pour se mettre à examiner un peu plus sévèrement les budgets qui leurs sont présentés.Ensuite favoriser les aides publiques directement liées au temps de retour marginal c’est-à-dire des emprunts remboursables sur les économies réalisées type éco-prêts à taux zéro ou certificats d’énergie.Lorsque le taux de change se modifie brutalement, les banques essuient des pertes énormes – une version à grande échelle de la stratégie des naïfs propriétaires hongrois qui empruntent en francs suisses pour financer leurs prêts.C’est ce qui les distinguent le plus des Allemands qui ne cessent depuis quatre ans de faire la leçon à l’Europe entière.« Un village, m’a expliqué Jean-Thomas Trojani justice, c’est des habitants, des écoles, des centres de santé, des marchés, des petits commerces, des services administratifs etc.Qui nous dit que la moralité n’est pas de la même façon un art, à la fois beau et utile ? »En dépit de ce que l’on veut faire croire à propos de notre gestion de la crise européenne, nous vivons dans le monde réel et non dans un univers parallèle où les principes de l’économie ne s’appliquent plus.

Share This: