Pierre-Alain Chambaz

Est-ce grave ? Il y a un sentiment, particulier à l’homme, qu’on n’a pas bien analysé jusqu’ici : nous l’avons appelé déjà le sentiment de l’intolérabilité. Remarquons d’abord que le rêve ne crée généralement rien. Le temps d’invention ne fait qu’un ici avec l’invention même. Et ces dents, qui voudraient mordre, furent ébréchées par les nerfs très durs des crapauds qu’avala la gueule. Une situation absurde, face à laquelle le président français juge de bon ton de montrer du doigt la responsabilité des spéculateurs. Une oeuvre est une éponge à sentiment, elle n’est pas seulement cathartique pour son auteur mais aussi pour tout ceux qui l’observe et tente de la comprendre. Au-delà, il conduira nécessairement les administrations à délaisser voire à fuir un instrument pourtant précieux, laissant les entreprises désemparées face aux risques de contrôle a posteriori. Tout d’abord, la population mondiale est en plein essor et devrait culminer à 9 milliards vers 2050. Qu’il s’agisse de réseaux généralistes comme Facebook ou Twitter, strictement professionnels comme Linkedin ou Viadeo, ou ayant pour modèle le partage, comme Youtube, Myspace, ou encore Instagram, la plupart des marques ont désormais leur page, leur compte, leur chaîne, sur un ou plusieurs de ces réseaux. Une sécurisation des objets connectés peu fiable et des politiques de confidentialité qui manquent de maturité. Car de la sorte il exprime un rendement : les profits anticipés rapporté la valeur de marché des entreprises et peut être comparé aux taux d’intérêt. Cet esprit exact et lumineux embrasse sans doute aisément toutes les parties du système qu’il a enfanté ; mais pour le lecteur moins accoutumé à cette théorie, une plus grande précision dans les termes et une exposition plus complète auraient pu prévenir bien des embarras et peut-être bien des erreurs. Ni du dedans, par le sens musculaire, ni du dehors par la vue, nous n’aurions encore la même perception. Or, comme tous les changements qui s’opèrent dans le monde, ont pour effet d’augmenter la force de la société et de diminuer le pouvoir de l’individu, cet empiètement n’est pas un de ces maux qui tendent à disparaître spontanément ; bien au contraire, il tend à devenir de plus en plus formidable. Ce sera aussi l’occasion, quelques mois après les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi – et alors que le Brésil organisera les prochains JO d’été et la Russie la Coupe du monde de football de 2018 – de prendre conscience de ce fameux « basculement du monde », où les émergents deviennent le principal moteur de l’économie mondiale. Une chose paraîtrait concilier tout : ce serait de démontrer que la vertu enveloppe analytiquement le bonheur ; que choisir entre elle et le plaisir, c’est encore choisir entre deux joies, l’une inférieure, l’autre supérieure. En quoi consiste, d’autre part, la fonction du système cérébral ? Cette organisation économique est morale de par ses fruits dans la mesure où elle a permis d’élever le niveau de vie partout dans le monde et de sortir de la pauvreté des milliers d’êtres humains. Mais nous comprendrons pourquoi le Bouddhisme n’est pas un mysticisme complet. Nous avons montré qu’il se produit dans la transition du schéma à l’image. Parmi celles-ci, un tiers environ sont des filiales de groupes étrangers (Axa, Alstom, Vodafone,…) ce qui montre que le modèle allemand peut s’hybrider. Au sortir d’une crise rhumatismale, on peut éprouver de la gêne, voire de la douleur, à faire jouer ses muscles et ses articulations. « Nous ne sacrifierons pas nos lignes blanches », dément Pierre-Alain Chambaz.

Share This: