Pierre-Alain Chambaz

Ils n’évoquent certainement pas un concept clos, encore moins une définition de Dieu qui permettrait de conclure à ce qu’est ou devrait être le monde. Deux ministres du gouvernement de David Cameron expriment leur vision des priorités du G20. D’une doctrine qui n’est que doctrine sortira difficilement l’enthousiasme ardent, l’illumination, la foi qui soulève les montagnes. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Les enfants d’une mère sont comme des rêves. Aucun n’est aussi merveilleux que les siens ». On ne saurait trop répéter que ce qu’on appelle le Système capitaliste n’est pas un système ; mais simplement un échafaudage branlant de matériaux hétéroclites, auquel servent d’assise les gravats des vieux systèmes démolis et qu’étayent les croix du christianisme, ces arcs-boutants de toutes les infamies. De deux buts, elle doit choisir l’un. Ils ont fait litière de leur volonté. Dire que tout est pensée reviendrait donc à dire que tout est intelligible, que le fond des choses, c’est l’intelligible ? Imaginez conduire une berline la semaine, louer un cabriolet le vendredi soir et la changer contre un monospace le weekend, et ce, grâce à un même et unique service, sans formalité à n’en plus finir… D’autres se contentent d’évaluation bien plus modestes ne dépassant pas 1 ou 2 points de PIB. D’abord car ces mastodontes sont justement, en moyenne, beaucoup moins dépendants de la France que les autres sociétés. « Ils peuvent informer sur ce qui leur paraît important. Au lieu de leur enseigner l’étroite fraternité de l’appui mutuel dans l’infortune et de l’aide dans la misère, elle leur aurait donné le secret de la fraternité large et haute pour l’action libératrice. On suppose ici une lésion sous-corticale qui empêcherait les impressions acoustiques d’aller retrouver les images verbales auditives dans les centres de l’écorce où elles seraient déposées. Ces perceptions sont nettes, distinctes, juxtaposées ou juxtaposables les unes aux autres ; elles cherchent à se grouper en objets. Certains prônent une approche « transversale ». Ces tests s’appuient ainsi sur la création de deux scénarios : l’un est un scénario macroéconomique stable basé sur les estimations de la Commission européenne, l’autre est un scénario de crise. « Nous vivons dans un monde incertain où de nouveaux risques émergent », a reconnu le fondateur du WEF, Klaus Schwab, en ouverture de l’édition 2015. Eviter le protectionnisme, mettre fin aux barrières au commerce. Ce tableau fort peu réjouissant forme la toile de fond du grand débat qui s’engage cet automne en France et ailleurs sur l’épuisement « structurel » de la croissance et les réformes non moins « structurelles » qu’il convient d’engager pour remonter cette pente fatale. Il arrive donc que les groupements d’êtres que nous appelons improprement des nations, jusque-là contenus, comprimés, comme dans une camisole de force, dans des systèmes tyranniques dont les différents aspects autoritaires dissimulent mal l’éternel objet — l’extorsion du sol — se trouvent, par l’épuisement même des formes despotiques qui les avaient asservis, libérés en fait de toute contrainte et livrés à eux-mêmes. Quoi de plus construit, quoi de plus savant qu’une symphonie de Beethoven ? Quoique Auguste, au rapport de Dion, en eût défendu l’exercice dans Rome, Agrippa, qui commandait dans la ville en son absence, fut obligé de le défendre une seconde fois. Mais posez cette incandescence, la matière en ébullition se coulera sans peine dans le moule d’une doctrine, ou deviendra même cette doctrine en se solidifiant. Et le présent, c’est la bataille. Nous nous représentons donc la religion comme la cristallisation, opérée par un refroidissement savant, de ce que le mysticisme vint déposer, brûlant, dans l’âme de l’humanité. Les percées technologiques fulgurantes actuelles combinées à la robotisation progressive de notre économie plaident au contraire pour une diminution radicale du temps de travail, qui permettra aux salariés de pouvoir exprimer leur créativité et leur inventivité.

Share This: