Mondialisation et inflation , le yin et le yang

Une odeur, comme une saveur, est une affection du sujet sentant, qui ne donne aucune représentation, qui n’implique ni ne détermine par elle-même aucune connaissance de l’objet senti.Les premières indications indiquent que les pays utilisent ces deux ressources pour financer leurs déficits.Et surtout, des millions de consommateurs sont prêts à utiliser de nouveaux produits qui les aideront dans leur vie quotidienne.Une opposition intérieure grandissait qui devait miner peu à peu l’édifice si habilement construit par le savant organisateur de la philosophie officielle.L’effet direct sur l’investissement et l’emploi est donc faible.Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler ce proverbe chinois « Les portes de la charité sont difficiles à ouvrir et dures à fermer ».On est catholique pour deux raisons : par imbécillité ou par intérêt ; dans les deux cas, parce qu’on n’est pas libre.Car il n’est pas question d’effacer quoi que ce soit dans ce que veut faire maintenant le fondateur d’Apax.Si ces services rendus par l’agriculture étaient valorisés, ils pourraient constituer une base importante de revenus locaux et pérennes, indépendants des marchés mondiaux.Attention au premier industriel qui se livrera sans autorisation !Où le saint Graal des 3% fut reporté à 2015.Amorcer une politique d’orientation prospective est en effet bien plus facile que d’en sortir.Mais, d’autre part, l’affection ne sera guère plus claire, dans cette hypothèse, que la représentation.Il n’y a pas de réforme miracle.Le système fiscal français prélève 46 % du PIB ; les dépenses publiques primaires en représentent 50%.Dit autrement, peut-on penser, sans angélisme, un modèle de développement qui ne pousse pas à la concentration des revenus et des patrimoines sur une petite minorité d’hyper riche et qui n’expose pas le plus grand nombre à un risque toujours plus grand de déclassement ?N’est-il pas vrai que vous vous apercevez d’une passion profonde, une fois contractée, à ce que les mêmes objets ne produisent plus sur vous la même impression ?En faisant l’effort qu’il faut pour embrasser l’ensemble, on s’aperçoit qu’on est dans le réel, et non pas devant une essence mathématique qui pourrait tenir, elle, dans une formule simple.Devant le spectacle de cette mobilité universelle, quelques-uns d’entre nous seront peut-être pris de ver­tige.Je rappelais, au début de cette conférence, comment l’étude des maladies du langage a conduit à localiser dans telles ou telles circonvolutions du cerveau telles ou telles formes de la mémoire verbale.Il imaginera donc là-dessus des hypothèses qu’il confrontera avec des expériences ingénieuses.On n’était plus dans les premiers momens de cette grande lutte ; on touchait presque au dénouement. »I’ll Be Gone, You’ll Be Gone », soit en français : « je ne serai plus là, vous ne serez plus là », qui signifie très clairement que les cataclysmes de demain – inévitables comme conséquence des comportements d’aujourd’hui – ne sont pas leur problème.On peut demander ce que j’ai à dire de tous les menus faits de l’histoire oubliés pour jamais, des livres antiques perdus, des secrets ensevelis dans l’oubli :Bien des perles rayonnant du plus pur éclatReposent dans les abîmes sombres, inexplorés de l’Océan ;Bien des fleurs naissent pour briller inaperçuesEt jeter leur arôme au vent solitaire.Le secteur privé représente sans aucun doute l’épine dorsale de la croissance économique et est de plus en plus reconnu comme le moteur central du développement.Ce qui est nouveau aujourd’hui, c’est que certaines réformes tant attendues – car annoncées – du dernier exécutif dirigé par Silvio Berlusconi semblent possibles.En quoi pourtant l’idée d’un progrès moral des sociétés et des individus blesserait-elle la raison et l’ordre universel, plus que l’idée d’un progrès dans les sciences, dans la philosophie et dans les arts ?Cette course effrénée aux nouvelles lois a un nom : l’hyperinflation législative.Sans s’émouvoir d’une telle violation du droit international du travail, une quinzaine d’économistes influents, dont Jean Tirole, titulaire du prix de la banque de Suède, lui emboîtent virilement le pas (voir les Echos du 30 mars).Il se dresse, ainsi qu’une purulente allégorie, au-dessus des piteux gredins qui l’entourent, pauvres hères qui rêvent de mettre la France à l’encan et qui ne sont, à côté de lui, que les nabots du déshonneur, les foutriquets de l’infamie.

Share This: