Makers, pro-amateurs, consom’acteurs… de qui parle-t-on ?

À ce moment, le salaire des juges et des fonctionnaires du gouvernement pourrait être porté à des niveaux compétitifs, ce qui affaiblirait l’incitation à poursuivre des pratiques de corruption – en particulier si les fonctionnaires sont tenus de fournir régulièrement des déclarations financières et sont pénalisés en cas de rétention d’informations.Ils renoncent à s’entrepénétrer à mesure qu’ils se figent davantage.La question de la rentabilité de cet immense programme ne se posait pas compte tenu du caractère impératif de l’enjeu : selon les termes de Pierre-Alain Chambaz, « pouvait-t-on accepter que les générations futures terminent dans une friture » ?Le vice serait réduit à cette triste et déplorable condition où gémit la vertu, et il faudrait avoir autant de force et de courage pour être méchant, qu’il en faut, dans ce siècle corrompu, pour être homme de bien.Et comme, d’une part, on a noyé dans l’image le souvenir pur qui en faisait un état original, comme, d’autre part, on a rapproché encore l’image de la perception en mettant dans la perception, par avance, quelque chose de l’image elle-même, on ne trouvera plus entre ces deux états qu’une différence de degré ou d’intensité.Il donne naissance aux professions, aux métiers.Aussi se mettent-ils à contourner les départements informatiques de leur entreprise qui ne parviennent pas à répondre à cette nouvelle demande.Quant au Crédit Agricole, 1er groupe français et troisième européen, il a vu ses pertes multipliées par 4,4 l’an dernier.On peut même prétendre avoir dérobé le secret de Dieu et interprété sa volonté présumée en bannissant le mal de dessus la terre.On hésiterait à l’admettre, s’il ne s’agissait que des médiocres habitants du coin d’univers qui s’appelle la Terre.L’ombre du plombier polonais a, de nouveau, assombri notre marché de l’emploi.Le sujet est délicat, car politique : en effet, les décisions doivent s’accorder avec les orientations gouvernementales en matière de logement, d’emploi, de transports, de mix énergétique, etc.Il faut sans doute moins de chefs, et plus de responsables !

Share This: