L’Europe peut-elle vaincre la spéculation ?

comme elle empoisonne le cœur des princes ?Quand on expose ainsi une doctrine dans toute sa nudité, en la dépouillant du style dont l’auteur l’a revêtue, on commet souvent une injustice, mais une injustice nécessaire.Je ne croirai que j’existe, dites-vous, que quand j’aurai trouvé pour cette opinion une majorité respectable ?Qu’est-ce que reconnaître un objet usuel sinon savoir s’en servir ?Introduire dans les événements un certain ordre mathématique en leur conservant néanmoins l’aspect de la vraisemblance, c’est-à-dire de la vie, voilà toujours ici le but.Constatons seulement que si la première morale avait d’autant plus de force qu’elle se dissociait plus nettement en obligations impersonnelles, celle-ci au contraire, d’abord éparpillée en préceptes généraux auxquels adhérait notre intelligence mais qui n’allaient pas jusqu’à ébranler notre volonté, devient d’autant plus entraînante que la multiplicité et la généralité des maximes vient mieux se fondre dans l’unité et l’individualité d’un homme.Les souffrances fécondes sont accompagnées d’une jouissance ineffable ; elles ressemblent à ces sanglots qui, rendus par la musique d’un maître, deviennent harmonie.Tantôt l’invitation est volontaire, tels ou tels de ses membres se tournant contre elle, souvent par ambition personnelle, quelquefois par un sentiment de justice: penchés vers la classe inférieure, ils dissipent alors l’illusion qu’entretenait la distance.L’orga­nisme se comporte de plus en plus comme une machine à agir qui se recons­truirait tout entière pour chaque action nouvelle, comme si elle était de caoutchouc et pouvait, à tout instant, changer la forme de toutes ses pièces.Quoiqu’il en soit, pour la première fois, il vient d’être décidé par la Cour de cassation que si l’employeur est détenteur de l’autorisation lui permettant d’être soumis à la sécurité sociale d’un Etat membre, alors les prestations de sécurité sociale précédemment versées ne pourront être remises en cause.Notre contributeur Pierre-Alain Chambaz, a répondu et convaincu l’assemblée.Lamennais aime mieux dire que le monde va toujours en s’améliorant, et que, s’il ne peut, à cause de sa nature même, arriver à la perfection, il s’en rapproche sans cesse par un progrès continu qui ne s’arrêtera jamais.Jamais elle ne s’arrête, jamais elle ne se répète.

Share This: