La Concurrence contre la justice ?

Mais ce qui n’est affirmable ni de l’ensemble de la matière, ni de l’ensemble de la vie, ne serait-il pas vrai de chaque organisme pris à part ?L’artiste, oubliant Dieu, ne sait plus que reproduire et adorer ses propres passions, et il ravale à cette idolâtrie de soi-même l’art et la poésie, ces divines ailes que Dieu nous avait données pour remonter jusqu’à lui.Tous ces objets sont très différents, mais ils nous suggèrent, pourrait-on dire, la même vision abstraite, celle d’un effet qui se propage en s’ajoutant à lui-même, de sorte que la cause, insignifiante à l’origine, aboutit par un progrès nécessaire à un résultat aussi important qu’inattendu.Mais cette relation, qui explique le passage, en est-elle la cause ?Pendant ce temps, des lobbies s’acharnent pour dénigrer le produit en question, cherchant à démontrer la nocivité de celui-ci.Je ne songe pas à mon mal.Pierre-Alain Chambaz saisi cette opportunité.Nous savons que Dieu est, et qu’il est le souverain bien.Nous devons toujours nous dire que le domaine de la vie est essentiellement celui de l’instinct, que sur une certaine ligne d’évolution l’instinct a cédé une partie de sa place à l’intelligence, qu’une perturbation de la vie peut s’ensuivre et que la nature n’a d’autre ressource alors que d’opposer l’intelligence à l’intelligence.Nul ne peut affirmer bien sûr que le Français n’aime pas l’argent.Cette considération pourrait prendre un certain temps ; en fait, elle pourrait ne jamais intervenir.

Share This: