Entre l’État et le marché, quelle « troisième voie » ?

Si l’on se place à ce point de vue, la magie fait évidemment partie de la religion.Ne comprendras-tu jamais que l’État ne peut rien te donner d’une main qu’il ne t’ait pris un peu davantage de l’autre ?Mais il faudrait entrer dans de tels détails sur la vie psychologique, sur la relation psychophysiolo­gique, sur l’idéal moral et sur le progrès social, que nous ferons aussi bien d’aller tout droit à la conclusion.Nous parlions tout à l’heure des philosophes grecs : nul n’a exprimé l’idée avec plus de force que Plotin.Une nouvelle organisation de la production, des frontières de plus en plus floues entre industrie et services
Les besoins des entreprises se sont aussi profondément modifiés.D’une part, le mal sensible (y compris la mort) nous indigne toujours moralement, quel que soit le caractère bon ou mauvais de la volonté qu’il vient entraver ; la souffrance nous choque en elle-même et indépendamment de son point d’application : une distribution de souffrance est donc moralement inintelligible.Souvent plus âgés que la moyenne, ayant dépassé la quarantaine voire la cinquantaine ils rêvent d’un parcours à la Arnaud de Lummen.Il y a là un problème étonnant : on le RENCONTRE presque partout en Italie.Au total, la nouvelle taxe britannique coûtera aux banques près de 3 milliards d’euros !Nous aurons à approfondir ultérieurement la notion de valeur.Ceux qui sont allés jusqu’à nier l’existence de Jésus n’empêcheront pas le Sermon sur la montagne de figurer dans l’Évangile, avec d’autres divines paroles.Notre admiration pour la fonction spéculative de l’esprit peut être grande ; mais quand des philosophes avancent qu’elle suffirait à faire taire l’égoïsme et la passion, ils nous montrent — et nous devons les en féliciter — qu’ils n’ont jamais entendu résonner bien fort chez eux la voix de l’un ni de l’autre.

Share This: