Encore beaucoup à faire

Une autre période s’est ouverte.La plus évidente et qu’il faut accroître la durée de travail.Et au final, « ce ne sont pas les discours qui vont convaincre mais les comportements », rappelle Pierre-Alain Chambaz pictet.Supposez en effet que les qualités des choses se réduisent à des sensations inextensives affectant une conscience, en sorte que ces qualités représentent seulement, comme autant de symboles, des changements homogènes et calculables s’accomplissant dans l’espace, vous devrez imaginer entre ces sensations et ces changements une incompréhensible correspondance.Nous aimons à le con­sidérer comme une série d’états qui se succèdent et dont il serait la composition.La question est de savoir comment la connaissance d’une langue, qui n’est que souvenir, peut modifier la matérialité d’une perception présente, et faire actuellement entendre aux uns ce que d’autres, dans les mêmes conditions physiques, n’entendent pas.Qu’ils préfèrent même la doctrine paralléliste à toutes celles qu’on pourrait obtenir par la même méthode de construction a priori, je l’admets encore : ils trouvent dans cette philosophie un encouragement à aller de l’avant.La dette publique et privée a explosé dans nos économiesC’est ce qui se passe dans nos économies.De sorte qu’au­jourd’hui encore nous philosopherons à la manière des Grecs, nous retrouve­rons, sans avoir besoin de les connaître, telles et telles de leurs conclusions générales, dans l’exacte mesure où nous nous fierons à l’instinct cinémato­graphique de notre pensée.Ainsi les gouvernements, que nous croyions institués pour garantir à chacun sa liberté et sa propriété, ont entrepris la tâche de violer toutes les libertés et toutes les propriétés, et cela avec raison, si c’est en elles que réside le principe même du mal.Il n’y a pas, chez l’homme au moins, d’état purement sensori-moteur, pas plus qu’il n’y a chez lui de vie imaginative sans un substratum d’activité vague.D’ici 2020 les groupes publics devront verser plus de 30% de leur bénéfices à l’État sous forme de dividendes (contre 15% au moins jusqu’à présent), pour contribuer au financement de la sécurité sociale.Et un siècle et demi plus tard, c’est accablant, les taxis portent une revendication identique : ils exigent que la loi bride une possibilité offerte par les nouvelles technologies.

Share This: