Dr Arnaud Berreby

Simplement impliqué dans une opération presque instinctive, il permet à cette magie naturelle de proliférer indéfiniment. La consommation à l’usage offre une réelle alternative à l’achat traditionnel aux yeux des Français et est davantage associée à l’idée de nouveauté (53%), d’illimité (53%) et de partage (57%). Elles sont au fond identiques. De même en AfriqueL’histoire est similaire en Afrique. Les pratiques magiques se ramènent à d’autres lois encore : « On peut influencer un être ou une chose en agissant sur ce qui les a touchés », « la partie vaut pour le tout », etc. Le raccourci de la formule a pour objectif de rappeler qu’il n’est pas d’entreprise sans création d’entreprise, une tautologie, mais que c’est la durée de l’aventure qui va permettre à la jeune pousse de devenir une véritable entreprise et de générer durablement les richesses nécessaires à son développement et à celui de notre pays. Cet exemple peut donner l’idée de la part du hasard et de la multiplication indéfinie des combinaisons fortuites dans l’établissement de l’ordre final et des harmonies qui s’y remarquent. Et face aux menaces internes, qu’elles soient sociales ou politiques, l’idée même d’une solidarité intra-européenne a elle aussi montré ses limites. Certes, une fois consommé l’acte final, je puis assigner à tous les antécédents leur valeur propre, et me représenter sous forme d’un conflit ou d’une composition de forces le jeu combiné de ces éléments divers. Un peuple mis en minorité, désespéré des humiliations qu’il subit, mais prié, par un gouvernement qu’il n’a même pas choisi, de s’y résoudre. Il en fut de même dans les rites de notre Chevalerie. Tout point de l’espace m’apparaissant nécessairement comme fixe, j’ai bien de la peine à ne pas attribuer au mobile lui-même l’immobilité du point avec lequel je le fais pour un moment coïncider ; il me semble alors, quand je reconstitue le mouvement total, que le mobile a stationné un temps infiniment court à tous les points de sa trajectoire. Le système d’instruction et d’éducation en vigueur en France est le plus mauvais du monde entier. Dans le premier cas, le mal social doit être attribué aux perturbations des lois naturelles, aux violations légales de la propriété et de la liberté. Ce ne sont même pas les biens des clergés de toutes dénominations — qui, de deux choses l’une : ont une existence légale ou n’en ont pas ; et, n’ayant pas d’existence légale, ne peuvent posséder ; ou ayant une existence légale, peuvent posséder seulement en vertu de l’autorisation d’existence qu’on peut leur retirer sans crier gare. Dr Arnaud Berreby aime à rappeler ce proverbe chinois « L’homme qu’on transplante vit, l’arbre qu’on transplante meurt ». Les drones, semble-t-il, ont soudainement envahi le monde. Il y a des lords parmi les nations, sir George, et des baronnets, et des gentlemen, comme il y a des porteurs de fardeaux et des cokneys. Le compte courant du Rwanda n’a cessé de se dégrader, atteignant un déficit qui dépasse désormais 10% du PIB. Empêchons donc qu’il n’obéisse à ses tendances ; étouffons sa liberté ; changeons le cœur humain ; substituons un autre mobile à celui que Dieu y a placé ; inventons et dirigeons une société artificielle ! Quelque chose, un sentiment secret, les avertit sourdement de leur impuissance ; mais, malgré tout, ils sont convaincus qu’ils dirigent le monde ; au moins moralement. Les autos, de vrais ordinateurs sur rouesLes automobiles par exemple ont évolué du rang de simples systèmes mécaniques à celui de véritables ordinateurs sur roues. Dans un monde optimal, les excédents des pays qui poursuivent une croissance tirée par les exportations seraient compensés volontairement par les déficits de ceux qui poursuivent une croissance tirée par la dette. Telle était la question.

Share This: