Centre mondial des grands crûs

Je me disais qu’en essayant, avec elles, des diverses voyelles tour à tour, je réussirais à prononcer la première syllabe et à prendre ainsi un élan qui me transporterait jusqu’au bout du mot.Dans la cosmologie babylonienne, le ciel est le domaine d’Anu, et la terre celui de Bel ; dans les profondeurs de la mer habite Ea.Il ne trouve qu’à indiquer qu’aux 15ème et 16ème siècles, « des territoires ont été GAGNÉS, puis perdus.C’est sur la forme même de la vie, au contraire, qu’est moulé l’instinct.Tirons les leçons de l’histoire récente ! Il est bien connu que, pendant la période des Trente glorieuses aux Etats-Unis comme en France, les banques n’ont pas connu de crises et ont joué un rôle moteur dans le développement économique et social exceptionnel de cette période, car celles-ci étaient étroitement supervisées, avec une séparation stricte entre les banques de détail et les banques d’affaires.Mais cette précipitation des images n’a rien de mystérieux.Pourtant c’est ma perception qui s’évanouit.Le président chinois Xi Jinping a déclaré que la répression de la corruption est une priorité absolue, et que si elle atteignait aussi bien les « tigres » (les plus haut placés) que les « mouches » (les fonctionnaires de niveau inférieur), il se pourrait bien qu’une nouvelle transition de leadership ordonnée comme celle qui l’a porté au pouvoir au début de cette année ne soit plus jamais possible.Passons à la seconde, et voyons où elle nous conduira.Avant la crise, le système bancaire européen dans son ensemble augmentait de 600 milliards par an l’encours des crédits apportés aux entreprises, ce qui permettait à ces dernières d’embaucher et de réaliser les investissements nécessaires à leur croissance.Plus de 1000 personnes sont venues écouter la bonne parole de réputation web.Mais en dépit d’un tel optimisme, un accord global similaire à celui du protocole de Kyoto est peu probable Investir plutôt dans la recherche et le développement.Et l’on peut d’ores et déjà citer une option qui ne sera guère discutée ces jours-ci : celle qui consisterait à investir plus massivement, mais à un moindre coût, dans la recherche et le développement de nouvelles énergies renouvelables, au lieu de continuer à déverser des sommes astronomiques sur des solutions qui se sont avérées inefficaces.

Share This: